L’activité 2012 de l’Agence Française de Développement : Quel impact sur le terrain ?

Publié le par imagazine

7 M€ pour une croissance plus équitable et plus sobre en carbone

En 2012, l’AFD a été marquée par de nouveaux progrès : le montant total de l’aide fournie par l’Agence, l’ajout de trois nouveaux pays dans l’intervention de l’Agence, la définition du nouveau plan d’orientations stratégiques (POS 3). L’AFD continue son action dans ses 5 zones géographiques. « Dans chacune de nos géographies d’intervention (Afrique, Méditerranée, Asie et Amérique latine et Caraïbes), nous allons concentrer nos efforts sur des secteurs et nous allons travailler avec des outils et des produits différents. Par exemple, en Afrique sub-Saharienne, la priorité est le développement agricole, qui lui-même n’est possible qu’avec un développement des infrastructures. C’est là que nous accordons les prêts les plus bonifiés que nous avons. Nous nous concentrons également sur l’éducation et la santé, auxquels nous allons dédiés le plus clair des subventions qui nous sont accordées par l’Etat » explique Dov Zerah.

2012, qui connaît déjà une activité globale record de plus de 7 milliards d’euros, a été marqué par deux records. Le premier se retrouve dans l’activité en Outre-Mer, qui s’élève à plus 1,5 milliard d’euros. C’est la deuxième année consécutive dans les Outre-Mer. Le second se situe dans la filiale de l’AFD dédiée au secteur privé, Proparco, qui a aussi fait « une année exceptionnelle ».

Publié dans Economie

Commenter cet article