Cameroun/Onu : Rencontre au sommet

Publié le par imagazine

Le Représentant spécial du Secrétaire général (RSSG) de l’ONU pour l’Afrique centrale et chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), M. Abou Moussa, a été reçu en audience vendredi 19 octobre au Palais de l’Unité de Yaoundé par le Président Paul Biya. 
 

 


M. Abou Moussa a entretenu le Chef de l’Etat camerounais sur les principaux dossiers dont il a charge depuis l’ouverture du Bureau régional il y a plus d’un an ainsi que sur quelques sujets d’actualité. En dehors des questions relatives à l’intégration régionale, les récents développements dans l’affaire Bakassi ont occupé une place importante dans les échanges.


Evoquant la fin du volet juridique du conflit Bakassi, M. Abou Moussa a réitéré la satisfaction du Secrétaire général par rapport à la démarche du Cameroun et du Nigéria qui, en le réglant de manière pacifique, ont fourni « un exemple positif pour les pays confrontés à un défi similaire ». Il a salué le Gouvernement pour sa contribution au travail qu’accomplit la Commission mixte Cameroun-Nigéria dans le cadre de la mise en œuvre de l’arrêt rendu le 10 octobre 2002 par la Cour internationale de justice de la Haye et attribuant la souveraineté de Bakassi au Cameroun. 

Coopération transfrontalière 


M. Abou Moussa a par ailleurs plaidé pour une prise en compte des besoins socio-économiques ainsi que des préoccupations sécuritaires et humanitaires afin de rassurer les populations affectées par le processus de démarcation de la frontière maritime (1400 kilomètres sur 1600 km ont été déjà tracés). Il a précisé que les Nations Unies continueront à accompagner les efforts du gouvernement camerounais dans ces importants chantiers. 

Peu avant son audience avec le Président Paul Biya, le RSSG avait eu un entretien sur ce sujet avec le ministre des Relations extérieures (MINREX), M. Pierre Moukoko Mbonjo. Ce dernier a donné des garanties quant aux mesures de confiance développées en faveur des habitants de la presqu’île de Bakassi. M. Moukoko Mbonjo a tenu à rappeler qu’il « ne saurait y avoir de problème pour les Nigérians au Cameroun » où, selon lui, on recense environ 4 millions d’entre eux. Il a également mis en avant les avantages de la coopération transfrontalière signée avec le Nigéria en février.


Sommet sur le Golfe de Guinée

 

Pour le reste, le RSSG et les autorités camerounaises ont fait le point sur l’état des préparatifs du Sommet sur la piraterie maritime et les vols à main armée dans le Golfe de Guinée. M. Abou Moussa a indiqué que les réunions techniques se déroulent à un rythme encourageant, de telle sorte qu’une rencontre ministérielle puisse avoir lieu avant la fin de l’année pour convenir des grandes articulations de ce Sommet, qui a été recommandé par le Conseil de sécurité. Il a précisé qu’à l’état actuel des choses, seul le Cameroun a officiellement exprimé le souhait d’abriter cet événement. Yaoundé lui a renouvelé la volonté d’accueillir le Sommet. Le dossier doit être géré par la CEEAC.

 

Lors de ces différentes audiences, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l'Afrique centrale était accompagné, entre autres, par Mme Charlotte Faty Ndiaye, Coordonatrice résidente par intérim du Système des Nations Unies au Cameroun et Représentante résidente de l'OMS. 

 

Mme Charlotte Faty Ndiaye a également pris part aux échanges entre le RSSG et les membres du corps diplomatique le 17 octobre ainsi qu’à la rencontre avec les collègues du Système des Nations Unies (Country team).

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article